Logo OtheatrO

Qui a tué mon père

du 16 mars 2019 au 03 avril 2019

Durée: 110 minutes - à partir de 8 ans

  • Les Contemporains

La Colline – Théâtre national

15 rue Malte-Brun 75020 Paris

700 places environ


RÉSERVER

À partir de 30 €
pour les non abonnés
Catégorie : Placement libre

Donner mon avis   |  lire les avis (0)

Synopsis du spectacle

Pour les dominants, le plus souvent, la politique est une question esthétique : une manière de se penser, une manière de voir le monde, de construire sa personne. Pour nous, c’était vivre ou mourir.

Édouard Louis, "Qui a tué mon père"

Dans la lignée de Marguerite Duras, Simone de Beauvoir, Annie Ernaux ou Didier Eribon, l’écriture d’Edouard Louis se déploie à partir de son existence. Après ses deux premiers romans aux allures autobiographiques, "En finir avec Eddy Bellegueule" et "Histoire de la violence", Édouard Louis répond à l’invitation du metteur en scène et interprète Stanislas Nordey par ce monologue pour le théâtre. Posant un acte de réconciliation et d’amour, il écrit un « J’accuse » d’aujourd’hui dans le feu de la nécessité. Ce nouveau récit se présente sous la forme d’un monologue. Un homme se rend dans l’appartement de son père et découvre, sur une chaise, un corps abîmé, celui d’une certaine classe ouvrière d’une région défavorisée de la France d’aujourd’hui. Il prend la parole et se remémore des épisodes de son enfance dans la tentative d’expliquer comment le corps de son père en est arrivé, encore jeune, à un tel délabrement. Dans un volte-face littéraire, le politique rejoint l’intime et raconte le corps des hommes.


Auteur(s) : Edouard Louis

Artiste(s) : Stanislas Nordey

Metteur(s) en scène : Stanislas Nordey


Vidéos

Interview d’Edouard Louis
Evénement Facebook
En savoir +

Articles

Avis des internautes

Spectacles similaires

Déçue par la promesse "Ils vécurent heureux …" Cendrillon part à la rencontre des autres princesses de contes et découvre au travers d’un voyage loufoque que la vérité est tout aut...


Carnet de poche est le nom donné par Henriette L M. à son journal intime. Écrit entre novembre 1918 et janvier 1921, Henriette nous livre sa vie d’adolescente vivant à Paris.


Inscrivez-vous à la newsletter

Recevez chaque mois des offres sympas et des conseils pour vos sorties théâtre

(promis, pas de Spam, et vous pouvez utiliser le lien de désabonnement intégré dans nos newsletters)